Différence entre claquage et déchirure

Les sportifs sont le plus souvent victimes de ces chocs. Le claquage ou la déchirure musculaire est la rupture des fibres qui constituent le muscle. Plusieurs raisons peuvent être à l’origine d’un tel choc ; notamment, un mouvement trop brusque ou un mauvais départ lors d’une course.

Ainsi, la différence au niveau des termes « claquage » et « déchirure » se situe exclusivement au niveau de la gravité du choc. Qu’est-ce qu’un claquage ? Quels en sont les symptômes et quelle différence existe-t-il entre claquage et déchirure ?

A voir aussi : Comment se débarrasser de vos angoisses ?

Qu’est-ce qu’un claquage ?

Très régulier chez les sportifs, le claquage consiste en une rupture d’un nombre précis de fibres composant un muscle. Ainsi, on parle de claquage lorsque la rupture est complète ou partielle. Toutefois, le claquage est un choc musculaire bien plus dangereux et plus important que l’élongation musculaire au cours de laquelle seulement quelques fibres du muscle sont étirées suite au choc.

Qu’est-ce qu’une déchirure musculaire ?

La déchirure musculaire est une rupture de fibres musculaires plus ou moins importante et issue de la pratique d’activités sportives intenses. Une déchirure musculaire peut affecter absolument tous les muscles de la cuisse, du mollet du dos, des épaules, et même des côtes.

A découvrir également : Que devez-vous savoir sur le contrôle de qualité dans la radiologie dentaire ?

Quelle différence fait-on entre le claquage et la déchirure ?

La différence majeure entre la déchirure musculaire et le claquage se situe au niveau des symptômes et plus précisément de leur gravité. Ainsi, un claquage se manifeste notamment par une douleur brusque et très intense. Cette douleur est tellement intense qu’elle serait comparable à un coup de poignard selon les victimes.

Le claquage se traduit également par la difficulté à poser le pied au sol ou à marcher et parfois, par un gonflement et une raideur de la zone affectée. Entre le moment de l’apparition de la douleur et l’instant d’après le claquage, on observe un affaiblissement de la douleur, faisant place à un fond douloureux sensible à la palpation.

claquage ou fracture

En effet, les symptômes sont quasiment les mêmes pendant une déchirure musculaire que dans les cas de claquage, à quelque différence près. Car, dans le second cas, la douleur est encore plus prononcée, laissant place à la formation d’un hématome, liée à la lésion des vaisseaux sanguins se trouvant à proximité. Par ailleurs, la déchirure musculaire provoque une sensation de douleur constante (même au repos) et l’impossibilité de mobilité.

Quel comportement adopter en cas de claquage ou de déchirure musculaire ?

Lorsqu’une déchirure musculaire ou un claquage survient au cours d’un entraînement, les premiers gestes sont décisifs et contribuent à l’aggravation ou à l’apaisement des symptômes. Ainsi, après un tel choc, il est recommandé d’avoir de bons réflexes :

  • Arrêter l’entraînement ou cesser automatiquement toute sorte d’activité physique
  • Mettre instantanément le muscle affecté au repos
  • Ne pratiquer aucune forme de massage immédiat
  • Appliquer au plus tôt une poche de glace sur la zone lésée.
  • Consulter un médecin pour diagnostiquer au plus tôt le claquage et conseiller les traitements adaptés
  • Prendre d’antalgique pour atténuer la douleur ressentie
  • Éviter l’application d’une compresse chaude
  • Éviter les massages sur la zone pendant 2 à 3 semaines.

En fonction de la gravité des symptômes, le traitement d’une déchirure musculaire ou d’un claquage peut durer pendant trois semaines à deux mois. Selon que vous soyez victime de lésions bénignes ou de déchirure musculaire grave, le médecin peut vous prescrire ou pas des séances de mésothérapie, de physiothérapie ou de kinésithérapie.

Les symptômes à surveiller pour détecter un claquage ou une déchirure musculaire

Les symptômes d’un claquage ou d’une déchirure musculaire peuvent varier en fonction de la gravité de la lésion. Il faut connaître les signaux à surveiller pour détecter un éventuel claquage ou une déchirure musculaire.

Le premier symptôme le plus courant est une douleur vive et soudaine dans la zone affectée. Si cette douleur persiste plusieurs jours après l’incident sans diminuer en intensité, cela peut être un signe annonciateur d’une déchirure musculaire grave.

Un autre symptôme fréquent est l’apparition rapide d’un gonflement dans la région endommagée ainsi que des hématomes (bleus) visibles sur la surface de la peau. Effectivement, lorsque les fibres musculaires se rompent suite à une forte sollicitation, elles libèrent des composants qui entraînent des inflammations rapides et localisées.

Il est fréquent qu’il y ait une gêne lors du mouvement du muscle touché par le claquage ou la déchirure : perte partielle ou totale de mobilité ainsi qu’une difficulté à effectuer certains gestes typiques du sportif blessé sont souvent constatées.

Dans certains cas extrêmes avec des lésions très sévères, comme c’est le cas au niveau distal des jambiers, notamment chez les footballeurs professionnels atteints de ‘claquages récidivants’, on observe même parfois un bruit sec analogue à celui d’un pétard qui explose accompagnant immédiatement ces symptômes.

En règle générale, il est recommandé de consulter un médecin dès les premiers signaux évoquant la possibilité d’un claquage ou d’une déchirure musculaire. Cela permettra de bénéficier rapidement des mesures préventives et curatives nécessaires pour éviter toute aggravation de l’état de santé du patient et assurer une guérison optimale.

Les traitements possibles pour soigner un claquage ou une déchirure musculaire

Les claquages et les déchirures musculaires sont des blessures courantes chez les sportifs. Leur traitement peut varier en fonction de la gravité de l’atteinte. Voici quelques méthodes de traitement possibles pour soigner un claquage ou une déchirure musculaire.

La première étape est souvent le repos. En effet, il est efficace pour soulager la douleur et réduire l’inflammation causée par le claquage ou la déchirure musculaire. L’utilisation d’une poche de glace enveloppée dans un tissu pendant environ 20 minutes toutes les heures peut aider à accélérer le processus de guérison.

En plus du repos et du froid, des médicaments anti-inflammatoires peuvent être prescrits pour soulager rapidement la douleur et minimiser l’enflure associée aux blessures musculaires.

Lorsque ces mesures préventives ne suffisent pas à soigner un claquage ou une déchirure musculaire, des traitements plus invasifs peuvent être envisagés selon certains spécialistes, comme l’utilisation d’appareils spécifiques tels que des lasers thérapeutiques permettant notamment «l’effet photo-bio stimulant sur certains types cellulaires au niveau local» ainsi que favorisant «la microcirculation sanguine locale», des électrostimulations, ou encore le recours à la kinésithérapie.

Dans certains cas, les blessures nécessitent une intervention chirurgicale pour réparer les fibres musculaires et ramener le muscle à son état initial. Cette alternative reste cependant très rare et souvent réservée aux sportifs professionnels lorsqu’il n’y a pas de solution plus simple susceptible d’aboutir à un retour en jeu rapide.

Il faut consulter un médecin dès l’apparition des premiers signaux évoquant la possibilité d’un claquage ou d’une déchirure musculaire. Un diagnostic précis permettra au patient de bénéficier du traitement approprié pour accélérer sa guérison et minimiser toute complication potentielle associée à cette blessure courante chez les sportifs.

vous pourriez aussi aimer
Show Buttons
Hide Buttons