Les compétences essentielles des travailleurs sociaux pour aider les personnes en difficulté

Aider les autres vous vient-il naturellement ? Il y a de fortes chances que le métier de travailleur ou de travailleuse sociale soit fait pour vous. Mais avant de vous lancer sur cette voie professionnelle, vérifions les 5 compétences essentielles pour devenir travailleur social.

Être empathique

Si vous vous identifiez naturellement à autrui par ce qu’il ressent, si vous êtes sensible à ses émotions et ses expériences, c’est que vous avez de l’empathie. L’empathie est la qualité à développer si vous voulez faire le métier de travailleur social.

A lire en complément : Pourquoi faire appel à un professionnel pour se débarrasser des punaises de lit ?

Le travailleur social doit établir une relation de confiance et un sentiment de sécurité chez ses interlocuteurs afin de les aider à extérioriser et s’exprimer. Mais il y a aussi des limites à ne pas dépasser pour ne pas se laisser submerger par les émotions d’autrui. Voici un article pour tout savoir sur le métier de travailleur social et explorer ses défis et difficultés, mais aussi ses récompenses.

Capacité à écouter les autres

Dans tous les aspects de notre vie, être à l’écoute des autres est toujours une qualité essentielle. Et ce, même si on n’est pas particulièrement empathique. Toutefois, pour travailler dans le social, il faut être à la fois empathique et capable de faire une écoute active.

A lire aussi : Quel outil pour un meilleur accompagnement du personnel des EHPAD ?

L’écoute active est la compétence qui vous permettra d’écouter attentivement les personnes en difficulté. Après que vous ayez installé un climat de confiance, vos interlocuteurs s’ouvriront plus sur leurs préoccupations, leurs besoins ainsi que leurs défis et objectifs.

Avoir de la compassion

Bien que l’empathie et la compassion soient des compétences qu’on peut facilement confondre, il y a tout de même une différence à faire entre ces deux notions. Avoir de la compassion en plus de l’empathie vous donnera encore plus de volonté d’agir et d’aider.

La compassion est le levier d’une connexion encore plus humaine entre le travailleur social et les personnes qu’il cherche à aider. Compatir est un peu une extension de ressentir car il pousse à agir, à chercher des solutions, à partager les douleurs et les ressentis.

Une patience à toute épreuve

Les tâches et les objectifs du travail social ne sont pas toujours faciles. Par ailleurs, les résultats sont rarement palpables dans l’immédiat. Sur le terrain, le travailleur ou la travailleuse sociale a l’impression de se donner cœur et âme, il y met tout son temps et son énergie, il fait des sacrifices…sans récompenses dans l’immédiat, cela peut être particulièrement éprouvant.

Il faut retenir que certaines personnes en danger sont tellement dans des situations impossibles qu’il est si difficile de s’attendre à une résolution de leurs soucis dans un délai court. Un Médecin du Monde peut par exemple être freiné par le système juridique ou le système de protection de l’enfance du pays où il intervient.

Aimer le travail d’équipe

Être un travailleur social nécessite qu’on soit dynamique et impliqué, voire passionné. Mais avec tout le cœur et la passion du monde, le travailleur social ne peut pas travailler seul. Le travailleur social doit obligatoirement travailler en étroite collaboration avec d’autres professionnels dont d’autres travailleurs sociaux.

Les collaborations pour atteindre les buts d’une même cause vous permettront d’acquérir d’autres compétences qui vous aideront à encore mieux appréhender votre rôle. Vous aurez plus de ressources et de connaissances pour servir encore mieux la communauté.

vous pourriez aussi aimer
Show Buttons
Hide Buttons